Tant que mon cœur bat / Madeline Roth – Thierry Magnier, 2016

b_1_q_0_p_0
Déjà, paye ton titre…

 

La Passion selon Madeline.

On est noyé d’amour. Partout. De l’amour gluant, plein de paillettes, de cœur cœur avec les doigts, MV mon sang blablabla. On est enjoint d’aimer, son père, sa mère, ses enfants, son copain, sa chérie. On doit aimer,mais comme il faut, un amour normatif, celui qui rend heureux et eurent beaucoup d’enfants.

cinderella
si tu crois en tes rêves, alors un jour, ils deviennent réalité

Et on grandit, avec cette idée de l’amour, qui est beau, et qui sauve de tout. On grandit en se disant qu’on va devenir adulte et que ce sera peut-être pas facile, mais qu’on aura au moins ça.

200
t’es sûr ?

 

Sauf que. Sauf que des fois, ça arrive, ce moment où tu rends compte que l’amour, c’est plein de choses qu’on t’avait pas dit. On avait oublié de te prévenir. Que c’est complexe, que c’est pluriel, que des fois, ça fait mal. Vraiment mal.

Tu te rends compte que tu dois découvrir tout ces trucs par toi-même, que tu dois en passer par là, et que tu es seul. Sauf si par chance, tu tombes sur ce livre.

200
avoue tu commençais à flipper

Bon, ne te réjouis pas trop vite. Parce-ce que je t’annonce pas que je viens de découvrir LE livre qui t’explique tout. Juste celui grâce auquel tu ne seras plus seul.

Juste un livre qui te parles de l’amour comme on t’en a pas souvent parlé avant. L’amour qui fait mal, celui qui détruit, qui te consume de l’intérieur, qui te brûle jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de toi. Avec de vrais mots. Comme ça. Seuls au milieu des autres mots. Percutants.

 

200_d
percutant. et tu te sens seul.

 

 

La force de Madeline Roth, dans chacun de ces livres, c’est ses mots, ses phrases courtes, qui te tordent, te rincent, t’essorent, te nettoient, te purifient. Chacun de ces mots uniques, beaux mais douloureux, chacune de ses phrases est ton miroir.

Tant que mon cœur bat est un recueil de deux nouvelles, deux histoires d’amour pas comme les autres d’ado, d’adultes, de personnes normales, exceptionnelles, perturbées et perturbantes. Il y a ceux qui détruisent, et ceux qui sauvent. Ceux qui vivent, survivent, et ceux qui meurent. Tous complexes, vrais dans leurs mensonges et leurs manipulations.

Deux histoires d’amour qui font mal, dont la violence quotidienne, banale est d’autant plus choquante qu’elle lève le voile sur d’autres facette de cet Amour qu’on encense. Deux histoires qui ne sont pas là pour nous parler de nous, mais de ce qu’on peut ressentir. C’est là la force des histoires, nous laver de nos peurs, nous permettre de connaître, d’expérimenter, de vivre à travers les personnages. On en ressort peut-être pas indemne, mais plus vivant.

source
Papillons de lumière… ah non.

Une critique disait qu’il était regrettable que se soient les femmes qui souffrent le plus, dans le livre. Je ne crois pas. Je crois que, dans ce livre, la souffrance est partout, chez les garçons et les filles, les bourreaux et les victimes. Je crois aussi que quand même, dans la vraie vie, ce sont souvent les femmes qui meurent à la fin, ce qui n’enlève rien à la douleur de personne. Je crois enfin qu’en fait la question n’est pas là, ces personnages sont ce qu’ils sont : des créations de mots, ils sont universels, et chacun pourra y voir qui il veut.

C’est un livre puissant, salvateur et poétique, de ceux qu’il est important de lire, quelque soit l’âge qu’on a, quels que soient les amours que l’on a rencontré. C’est beau et violent, ça fait du mal et ça fait du bien, ça sauve et ça détruit, c’est ça, la passion non?

« Dors un peu. Dors ma douce, ma douce, ma toute belle, ma silencieuse. Mon effacée. Il est des nuits qu’à deux on peut abattre. Des portes que l’on peut fermer – dors, je veille, je veille encore. »

« Elle a souri. Et mon Dieu qu’il disait tous les mots du monde, ce sourire, il disait : Tu as dormi là ? Tu as dormi près de moi, remontant le drap sur mes rêves, tu as vu les poèmes que j’ai dans le corps, ils passent comme des rivières le long de mes veines et si je bouge un peu, ils balancent avec moi, des mots doux et des ciseaux. »

Publicités

4 commentaires sur « Tant que mon cœur bat / Madeline Roth – Thierry Magnier, 2016 »

    1. Merci Lucie beaucoup pour votre gentil commentaire, c’est une super sensation de savoir qu’on a partagé quelque chose à travers le livre de Madeline. C’est peut-être un truc de Lucie 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s