Nos vies en mille morceaux / Hayley LONG – Gallimard Jeunesse, 2018

Il y a quelques semaines, je lançais une plainte douloureuse et lancinante sur les réseaux sociaux. On m’avait volé des coups de cœur. Je lisais. Des choses pas mal. Plutôt chouettes. Mais pas le BIM BOUM BANG – touché en plein dans l’mil’. Et c’est là qu’il m’est apparu !…

images

 

 

Griff (13 ans) et Dylan (15 ans) perdent leurs parents dans un accident de voiture. Fraîchement débarqués à New-York, ils n’y ont aucune famille et vont donc être recueillis chez un oncle et une tante qu’ils n’ont jamais vus… au Pays de Galles.

 

 

Ceci est le synopsis le plus court de l’histoire de ce blog. Mais ça ne sert à rien de s’étaler. En fait, s’étaler ça reviendrait à brûler l’essence même du roman. Et personne n’a envie de passer à côté de la substantifique moelle de Nos vies en mille morceaux.
Concrètement, je suis typiquement la cible pour ce genre d’histoires tragiques où les émotions sont tellement fortes que j’en oublierais presque ma vie le temps d’une lecture (et où je re sombre dans l’adolescence malgré moi).
Mais, ce roman, ce n’est pas qu’un livre à la recherche du larmoyant. Il va bien au-delà de ça. Alors, on va essayer de vous expliquer pourquoi, grâce à la démonstration des 3D. Pour ceux qui veulent abréger, c’est possible de passer direct au résumé, à la fin de l’article (le manque de temps, je connais ça et je ne jugerai point).

 

Death Magnetic

Il est vrai que la Mort a toujours pour elle ce mélange de fascination et de crainte qu’on lui porte. Mais ce que Hayley Long ne fait pas, c’est se contenter de ça. La scène de l’accident est choc mais très vite balayée pour se concentrer sur le cœur de l’histoire : la reconstruction de Griff et de Dylan, leurs façons très différentes de (di)gérer non seulement la perte tragique de leurs parents, mais aussi les chemins inconnus que prennent leurs vies. Et en réalité, ce roman parle incroyablement et merveilleusement bien de la VIE. A travers le prisme de la reconstruction / du deuil, avec en plus le déracinement et les kilomètres parcourus, ce que je retiens surtout de cette lecture, c’est toute la beauté chaotique des chemins que l’on parcourt dans une vie (#philosopheducanap’)

freud

 

Un sujet universel qui fait de ce livre, le roman à offrir à tous, ou à faire passer à toute ta famille.

 

Diantre que j’ai passé un bon moment !

Nos Vies en mille morceaux est un véritable « page-turner » comme on dit dans le milieu du hashtag-bookstagram. Ca commence dans un long et suffocant trajet en voiture, ça explose le temps d’un crissement de pneu et ça te donne comme une envie de courir pour atteindre la ligne d’arrivée. Bref, un livre qui te prend aux tripes, tout en t’offrant de véritables jolis moments de lectures.
On ne peut pas en dévoiler trop, mais allons-y, cadeau pour vous, EXTRAITS :

     – Les Beach Boys, il a fait. C’est sans doute ce que papa est en train d’écouter.
     Je me suis mordu la lèvre, mais je n’ai pas pu m’empêcher de sourire. Parce que je savais que Griff avait raison. Je ne lui ai pas dit que j’avais vu papa faire claquer ses doigts et même chanter sur un morceau. Comment on raconte quelque chose comme ça ?

     Et là, elle était rétablie. Notre connexion cosmique. Elle était toujours là, seulement un peu désynchronisée par moments.

Blessing a sursauté, avant de déclarer :
– Un endroit où aller vivre. Au pays de Galles. Le Pays de votre mère. Elle a une cousine qui s’appelle Dee Ellis, n’est-ce pas ? Dee aimerait que vous veniez vivre chez elle.
   Le temps s’est arrêté.
[page blanche]
Mais le temps ne s’arrête jamais très longtemps. Si l’on écoute attentivement, il continue toujours à passer.

 

Et 
à
son
réveil
il
a
découvert
que
le
monde
avait 
changé

 

 

L’écriture est juste dans le ton, sans fioriture, nécessaire et directe. Hayley Long touche, avec des mots simples, aux situations qui nous dépassent, et aux sentiments qu’on pense indescriptibles. Et plus le récit avance, plus certains indices sont lancés afin d’anticiper le bouquet final. Le twist comme on dit. MAIS JE N’EN DIRAI PAS PLUS.

twist
Et maintenant, je fais une pause dans l’écriture de cet article, parce que j’ai les chansons « let’s twist again » et « twist and shout » qui se mélangent dans ma tête.

Do, ré, mi, fa, sol …

Bien que n’ayant AUCUN talent musical – si ce n’est en Blind Test Top 50 de la ringardise – j’adore la musique. Et j’aime encore plus quand j’ai une playlist qui accompagne mon moment de lecture et ajoute à l’ambiance du récit (c’est aussi pour ça qu’on aime les X’prim). Et Nos Vies en mille morceaux de musique (sonnez trompettes pour cette vanne validée par l’Amicale de la Comédie) t’offre une véritable bande-son au fur et à mesure de ta lecture. En plus d’une écriture cinématographique (j’ai déjà fait l’adaptation ciné dans ma tête, casting à valider), ce fond sonore vient parfaire et ponctuer les grands moments de ce roman.

 

En résumé 

Des personnages attachants, un récit prenant, du rire, des larmes, des surprises, un bel univers musical, des sujets forts, des petites pépites d’écriture, le tout ABSOLUMENT pour tous.

Tu veux aller plus loin ?

Comme le hasard fait drôlement bien les choses, après lecture de Nos Vies en mille morceaux, j’ai attrapé un service de presse « rentrée littéraire 2018 » au boulot, un peu le premier qui me tombait sous la main. J’ai donc lu Nous, les vivants d’Olivier Bleys (éd. Albin Michel). Un roman qui interroge également sur la vie et le lâcher prise. Le tout reposant également sur un petit coup de Trafalgar final. Coïncidence ?

paranoia
Je ne pense pas …

Toujours est-il que l’un et l’autre traitent sensiblement du même sujet, d’une façon assez semblable (que je ne veux pas spoiler ici). J’ai, très personnellement, trouvé Nos Vies en mille morceaux beaucoup plus sensible et abouti bien que Nous les Vivants interroge beaucoup plus directement nos perceptions des choses.

Alors, si vous avez également lu les deux, j’aimerai beaucoup en parler avec vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s