Jérôme par cœur / Thomas Scotto et Olivier Tallec – Actes Sud, 2009

jéromeLucie aime Raphaël qui aime Jérôme. J’peux l’dire. Très facile.

Il y a des livres qui peuvent changer des vies. Je l’sais, vu qu’y en a des qui ont changé la mienne. Celui-là en fait partie. Et c’est pour ça que je voudrais pouvoir l’offrir à tous les enfants du monde, Jérôme par cœur. Tous. Parce que je voudrais par là pouvoir leur dire, j’voudrais par là qu’ils lisent tout seul, que l’amour c’est beau. Point. Que tout le reste, c’est des histoires d’adultes, tout ce qui est rajouté dessus, les couches et les couches d’analyses, d’avis, de préjugés, ça concerne pas ceux qui aiment. Et que s’ils comprennent pas, ben ils ont qu’à laisser ça à ceux qui comprennent.

Raphaël aime Jérôme, et ça le dérange pas, il le dit, très facile, Raphaël aime Jérôme. Et ça tombe bien, parce que Jérôme, il est tout le temps là pour Raphaël, il lui donne la main, il le défend des moqueries et même qu’il pourrait bien faire la bagarre pour lui. Oui, vraiment, Raphaël aime Jérôme, très facile.

Mais pas très facile pour les parents de Raphaël, pas très facile pour les adultes qui lisent cet album, quand je leur propose ou quand ils tombent dessus. Vous verriez le silence gêné, les yeux qui s’enfuient voire la bouche qui se pince. C’est pas qu’ils ont tous un problème avec le fait que Jérôme et Raphaël soient amoureux, mais quand même, en parler et faire des images avec, c’est beaucoup. Ou ça pourrait donner des idées. Ou je sais pas, mais j’aime quand ce livre traine chez moi et que quelqu’un tombe dessus. Ce que j’aime pas c’est que personne ne m’ai encore jamais dit « mais dis donc, il est incroyable cet album ». Et ce que je déteste, c’est qu’on en fasse un album médicament, à ne donner qu’à des moments spéciaux, pour des enfants spéciaux. Comme si y avait des enfants pas spéciaux. Ou comme si aimer était spécial. Je déteste qu’on lui colle des étiquettes, des champs 606, des thématiques, parce que c’est comme si on collait des étiquettes à Jérôme et Raphaël, et ça m’attriste un peu, qu’on les laisse pas tranquille. Qu’on les laisse pas juste être ceux qu’ils sont là, maintenant, des enfants qui s’aiment par cœur.

Raphaël aime Jérôme d’une façon absolue, pas juste pour de rire, il décide de lui consacrer toutes ses journées, il rêve de lui, il aime le tenir par la main et se sent en sécurité dans ses yeux. C’est que c’est sérieux, l’amour des enfants, c’est pas des blagues, en fait, c’est sérieux les enfants, et ils ont le droit qu’on leur parle vraiment des choses vraies. Et nous on a le devoir de leur parler vraiment des choses vraies, de l’amour, de la mort, de la guerre, de l’école, du savoir. Et c’est pas parce qu’on sait pas qu’on doit pas en parler avec eux. Au contraire, je crois. Et si on s’en sent pas capable, si on croit qu’on peut pas, on a beaucoup de chance, ici, chez nous, parce qu’on a un tas d’albums pour nous y aider. Et parmi eux, bien sûr, il y a Jérôme par cœur.

Il y a les mots de Thomas Scotto, ses mots comme d’habitude, qui sont toujours au bon endroit au bon moment, qui font les bonnes images devant tes yeux, la belle musique dans tes oreilles. Il y a les images chaudes et jaunes d’Olivier Tallec, la douceur des couleurs qui débordent un peu, la longueur incongrue des grandes personnes, qui ont les yeux tellement haut qu’ils voient sûrement mal ce qu’il se passe à hauteur d’enfant, en ils sont même tellement hauts qu’ils rentrent plus dans la page, on peu donc pas trop leur en vouloir de pas comprendre, s’ils ratent la moitié de l’histoire.

En fait, ce que je crois, c’est que cet album permet de parler d’amour comme aucun autre album n’en parle, sans sexualiser ce qui n’a pas à l’être, sans formater ce qui n’a pas à l’être, il ouvre d’autres possibilités et il dit, c’est normal, il dit, Jérôme c’est pas un gros mot, il dit, c’est beau. Et moi je voudrai que tous les doudous qui trouvent que Killian est mignon puissent lire ce livre et savoir que Jérôme aime Raphaël et que c’est facile. Qu’ils se sentent plus seuls. Et que les adultes qui se sont senti seuls quand ils avaient cet âge trouvent du réconfort de savoir que ça n’arrivera plus. Je ne crois pas aux livres médicaments, mais je crois aux livres baumes, aux livres réconfortants et salvateurs.

Jérôme par cœur est un album pour les petits, pour les grands, pour les adultes, c’est un album fort, incroyablement indispensable. Pour les plus grands, il y a aussi Le Blues des petites villes, de Fanny Chiarello, comme Raphaël aime Jérôme, Sidonie aime Rebecca, plus que tout. Elles aussi, on essaie de les faire rentrer dans des cases, de leur coller des étiquettes, de les figer et de les réduire à ce qu’elles sont maintenant. Et pourtant, elles vont évoluer, elles vont changer, leur monde aussi.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s