Top 10 (un peu plus en fait) des livres (jeunesse, mais pas que) qui font du bien

A Bachelorette Pool PartyQue celui qui n’a jamais eu cette requête me jette le premier service de presse. Celle de cet être humain, s’approchant piteusement de la banque de prêt/banque d’accueil/bureau (rayer la mention inutile), le dos vouté et le regard dans le vague, les cernes béantes et la lèvre frémissante, qui te demande d’une voix à peine audible « s’il vous plaît, est-ce que vous avez un livre qui fait du bien ».

Entendez : un livre drôle, frais, qui va me sortir de cette morosité dans laquelle je suis ancrée à grand coup de JT, de climat qui fout le camp, d’enfants qui font la guerre et de pollution partout.

On a tous un ou deux titres en tête, qui nous sauvent la mise rapido, mais on a quand même vite fait le tour. Alors on vient à ta rescousse et te propose un Top 10 (et +) des livres qui font du bien.

Alors vas-y, prend ton stylo et note.

Cet article est garanti 0 % livre plombant.*

Lire la suite de « Top 10 (un peu plus en fait) des livres (jeunesse, mais pas que) qui font du bien »

Camille et Jeanne s’entendent bien / Laurent Simon – Hélium, 2013 ou de la littérature comme machine à remonter le temps

Camille-Jeanne-sentendent-bien-couverture-1024x763Viens petite fille dans mon comic strip
Viens faire des bulles, viens faire des WIP!
Des CLIP! CRAP! des BANG! des VLOP! et des ZIP! SHEBAM! POW! BLOP! WIZZ… et des tartelettes à la cucul.

Les livres, et particulièrement, nous le croyons à DTP, les livres jeunesse, ont des pouvoirs magiques. On en a exploré quelques-uns dans nos différents articles : celui de devenir quelqu’un d’autre, celui de vivre des choses extraordinaires sans prendre aucun risque, celui d’expérimenter la magie et des choses impossibles dans la vraie vie, aujourd’hui, on en découvre un nouveau : celui de remonter le temps. Personne ne vous fait mieux remonter le temps que Camille et que Jeanne. Personne. Ça fait rire les oiseaux et pleurer mes yeux.

Lire la suite de « Camille et Jeanne s’entendent bien / Laurent Simon – Hélium, 2013 ou de la littérature comme machine à remonter le temps »