Rouge / Mathieu Pierloot – Thierry Magnier (Petite Poche), 2017

rouge-pierlootI fell in love with a teacup, and not being pertubed by her lack of seeing, she fell in love with me*

De la définition d’un conte, je ne me rappelle qu’une partie de cette phrase de mon cours de 6e « blablabla bla blabla …intervention du merveilleux blabla blabla bla ». D’après Wikipédia, mes souvenirs sont incomplets (ah bon ? ), et associer le conte à la simple intervention du merveilleux est une idée communément admise mais insuffisante à décrire ce genre aux caractéristiques littéraires qui lui sont propres. Un conte écrit se doit donc, toujours d’après Wikipédia, d’être un récit court et plutôt linéaire, et ce récit peut prendre la forme d’un conte qui sera dit « merveilleux » si merveilleux il y a. Et dans Rouge, il y a beaucoup. Définitivement.

*1re phrase d’un poème introuvable de Ma Li Calder, que j’ai rencontré (le poème) par hasard dans une sorte de revue où j’avais moi aussi publié, toujours par hasard un pas très bon texte. Elle ne m’a jamais quitté, cette première phrase, et j’ai longtemps été jalouse de ne pas l’avoir écrite moi-même.

Lire la suite de « Rouge / Mathieu Pierloot – Thierry Magnier (Petite Poche), 2017 »

Jérôme par cœur / Thomas Scotto et Olivier Tallec – Actes Sud, 2009

jéromeLucie aime Raphaël qui aime Jérôme. J’peux l’dire. Très facile.

Il y a des livres qui peuvent changer des vies. Je l’sais, vu qu’y en a des qui ont changé la mienne. Celui-là en fait partie. Et c’est pour ça que je voudrais pouvoir l’offrir à tous les enfants du monde, Jérôme par cœur. Tous. Parce que je voudrais par là pouvoir leur dire, j’voudrais par là qu’ils lisent tout seul, que l’amour c’est beau. Point. Que tout le reste, c’est des histoires d’adultes, tout ce qui est rajouté dessus, les couches et les couches d’analyses, d’avis, de préjugés, ça concerne pas ceux qui aiment. Et que s’ils comprennent pas, ben ils ont qu’à laisser ça à ceux qui comprennent.

Lire la suite de « Jérôme par cœur / Thomas Scotto et Olivier Tallec – Actes Sud, 2009 »

Capitaine Rosalie / Timthée de Fombelle, Isabelle Arsenault- Gallimard, 2018

rosalieDis, quand reviendras-tu, dis, au moins le sais-tu, Que, tout le temps qui passe, ne se rattrape guère, Que, tout le temps perdu, ne se rattrape plus.

Dis, Rosalie, le sais-tu, que les Grands font parfois pour leurs enfants des choix qui ne sont pas les bons, mais ils le font, tu vois, des fois, parce qu’ils ont encore plus peur que vous de la vérité. Faut pas nous en vouloir Rosalie, on veut juste se protéger, et vous protéger vous de cette vie dans laquelle on vous a fichu. Allez, viens Rosalie, viens, on va se raconter des histoires au coin du feu, on va se rouler en boule sous une couverture, on va fermer les yeux et on va rêver que ça va mieux.

Lire la suite de « Capitaine Rosalie / Timthée de Fombelle, Isabelle Arsenault- Gallimard, 2018 »

Nos vies en mille morceaux / Hayley LONG – Gallimard Jeunesse, 2018

Il y a quelques semaines, je lançais une plainte douloureuse et lancinante sur les réseaux sociaux. On m’avait volé des coups de cœur. Je lisais. Des choses pas mal. Plutôt chouettes. Mais pas le BIM BOUM BANG – touché en plein dans l’mil’. Et c’est là qu’il m’est apparu !…

Lire la suite de « Nos vies en mille morceaux / Hayley LONG – Gallimard Jeunesse, 2018 »

Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? / Sylvain Levey- éditions Théâtrales, 2017

michelleMichelle, ma belle, sont deux mots qui vont moyen moyen avec « Auschwitz » et « camp de la mort ».

On trouve rarement des critiques de pièces de théâtres pour la jeunesse, et pourtant, pourtant, il en sort des pièces qui valent la peine d’être, sinon vues, au moins lues.

A Dans ta page, on essaie de varier les plaisirs, on vous a déjà très brièvement parlé de Mon frère ma princesse de Catherine Zambon, et on se dit qu’on va se tester à la chronique de pièce de théâtre sur papier. Et comme c’est déjà pas facile, on s’est dit qu’on allait se sur-challenger pour cette reprise post-partum-post-reprise-post-nouvelle-année-post-pâques, et qu’on allait donc taper dans de la pièce qui rigole pas. Mais qui envoie. Sévère. A coup de perche à selfie dans ta page.

Lire la suite de « Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? / Sylvain Levey- éditions Théâtrales, 2017 »

Un autre regard sur la littérature jeunesse. (Re)lire avec les yeux d’une mère. Partie 2/2

  1. Non, non rien n’a changé, tout, tout a continué

En ce qui me concerne, devenir mère n’a pas changé ma façon d’analyser un livre. En fait, je n’ai pas l’impression que devenir mère ait changé quoi que ce soit chez moi. A part mes cernes. Et mon teint terne. Et la cellulite.

Lire la suite de « Un autre regard sur la littérature jeunesse. (Re)lire avec les yeux d’une mère. Partie 2/2 »

Highline / Charlotte Erlih – Actes Sud, 2015

hghline

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer:jusqu’ici, tout va bien. Jusqu’ici, tout va bien. Mais l’important, c’est pas la chute, c’est l’atterrissage.

En fait, c’est l’histoire d’un mec qui peut tomber d’un immeuble de plusieurs étages, l’histoire d’un ado qui joue avec sa vie et d’une auteure qui joue avec tes nerfs.

Lire la suite de « Highline / Charlotte Erlih – Actes Sud, 2015 »

Tu ne sais rien de l’amour / Mikaël Ollivier – Thierry Magnier, 2016

tnsrdaS’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer, je ferai de ce monde un rêve, une éternité.

Céline et Jean-Jacques, flower power sur toi vous.

Il m’aura fallu du temps pour savoir si oui ou non ce livre était un vrai coup de cœur, à savoir, un livre qui reste ou pas.

Je me rend compte qu’il a un an. Donc, c’est un livre qui reste. Lire la suite de « Tu ne sais rien de l’amour / Mikaël Ollivier – Thierry Magnier, 2016 »

Une Sœur / Bastien Vivès – Casterman, 2017

Une_soeurDoucement, un instant, j’aimerais que ce moment fixe pour l’éternité ta sensualité*

* En fait, les vraies paroles de Sensualité, d’Axelle Red, sont « oh stop : un instant, j’aimerais que ce moment fixe pour des tas d’années ta sensualité. Mais bon, sérieusement « des tas d’années ? » amis de la poésie bonjour…

 

SUBLIMATION n.f. – XIVe sens lat. « élévation »; lat. alchim. sublimatio, de sublimare –> sublimer. 1. (XVe) ALCHIM. Épuration d’un corps solide qu’on transforme en vapeur en le chauffant => distillation, vaporisation, volatilisation. […] 2. (1486 aussi « vertu sublime » ; repris XIXe) FIG et LITTÉ. Action de purifier, de transformer en élevant. => exaltation, purification. Sublimation des instincts, leur dérivation vers des buts altruistes, spirituels. « la sublimation n’est pas toujours la négation d’un désir […] Elle peut êre sublimation pour un idéal » (Bachelard). – (1908) PSYCHAN. Processus par lequel la pulsion sexuelle déplace son but sexuel initial vers un autre but, visant des objets socialement valorisés.

SUBLIME adj. et n.m. – 1461 ; »sublimé » t. d’alchim. v. 1400 ; lat. sublimis « élevé dans les airs, haut ». I. Adj. Qui est très haut, dans la hiérarchie des valeurs (morales, esthétiques) ; qui mérite l’admiration. => beau, divin, élevé, éthéré, extraordinaire, noble, parfait, transcendant […] « ce qu’il y a de plus sublime dans les œuvres de l’esprit humain est peut-être aussi ce qu’il y a de plus naïf » (Hugo). – PAR EXAGÉR. FAM. Ce camembert est sublime. 

in Le Nouveau Petit Robert, Dictionnaires Le Robert- Paris, 1996

Une Sœur ou : entre le sublime et Axelle Red se trouve cet espace spatio-temporel qu’explore Bastien Vivès, un espace où nos émotions d’ado, vécues ou fantasmées, prennent vie. De la beauté.

Lire la suite de « Une Sœur / Bastien Vivès – Casterman, 2017 »

Ma sœur vit sur la cheminée / Annabel Pitcher- Plon, 2011

Ma-soeur-vit-sur-la-chemineeChem-Cheminée Chem-cheminée Chem-Chem Frérôt

Ça fait un bon bout de temps que ce livre dort sur le coin avant gauche de mon bureau. Je l’ai mis de côté pour faire sa critique, un jour, puis il y a eu tous les autres livres, puis il y a eu ce matin. J’ai rangé mon bureau. Je l’ai donc trouvé dans la pile « livres-que-j’ai-mis-de-côté-parce que-potentiellement-je-vais-faire-un-truc-avec », et je me suis dit qu’avec tous les trucs qu’on avait à lire, ben, tant pis pour celui-ci, il est un peu vieux (on fait ce qu’on peut pour se trouver des excuses, désolée), et puis bon voilà. Je me suis contredite dans la seconde. Ce livre date de 2011. Nous sommes en 2017. Depuis 6 jours, la ville de Manchester pleure les 22 morts et la soixantaine de blessés victimes d’un attentat terroriste. Ce livre est d’une douloureuse actualité.

Lire la suite de « Ma sœur vit sur la cheminée / Annabel Pitcher- Plon, 2011 »